Regard sur les réformes de la formation professionnelle et de l’apprentissage

 centre inffo

"L’ancien monde, né de la troisième révolution industrielle, cède le pas sous nos yeux à la nouvelle société de la connaissance mais aussi à la flexibilisation et à la mondialisation du travail. Cette révolution confronte les entreprises, les acteurs sociaux, les individus, et la puissance publique à une nouvelle approche des compétences, des emplois, de la formation et de l’orientation.


Pour relever le défi de l’emploi et des compétences en ciblant en priorité les demandeurs d’emploi et les jeunes les moins qualifiés, l’accord national interprofessionnel du 22 février 2018 vise à simplifier grandement le système tout en améliorant les droits des individus.


_ L’alimentation du compte personnel de formation est accrue et le droit à une formation longue pour une reconversion ou une mobilité externe maintenu dans le cadre du « CPF de transition professionnelle ».
_ Autre avancée majeure introduite par l’ANI : le conseil en évolution professionnelle (CEP) sera doté désormais d’un financement dédié.


_ L’ensemble du dispositif d’alternance devrait aussi être revu pour confier son pilotage aux branches sur la base d’un financement au contrat tout en organisant une péréquation territoriale et sectorielle.


_ Présentées le 5 mars 2018, les grandes lignes du futur projet de loi relatif aux parcours professionnels simplifient le CPF, en le monétisant et en prévoyant son accès par une application mobile. L’automatisation de la collecte confiée aux Urssaf changera profondément le rôle des Opca, devenus opérateurs de compétences concentrés sur le financement des CFA, le développement des TPE-PME et l’accompagnement en GPEC par filière économique.


_ La gouvernance de ces politiques publiques sera profondément transformée par la création de France Compétences, agence nationale chargée notamment de la régulation de la qualité et des prix des formations."

 

En savoir +